vendredi 5 septembre 2014

migration




Linda Lê - Par ailleurs (exils)

FC 


Éthologie

Dans le mode de production humain, les humains se déplacent à pieds et c'est ainsi qu'apparaissant en Afrique il y a 200 000 ans, ils atteignent tous les continents 50 000 ans avant aujourd’hui excepté les Amériques où ils ne pénètrent en traversant le détroit de Béring qu'à la faveur d'une importante glaciation, vers 23 000 ans avant aujourd’hui. Ils se déplacent à la recherche de ressources de vie parce que leur nombre ne cesse d'augmenter grâce à leurs mains et à leur sociabilité, un avantage déterminant par rapport à tous les animaux moyens et grands. Il n'y a pas de plans déterminés. Il y a des échecs qui entrainent la disparition des groupes concernés mais comme on peut le constater par l’importance actuelle des humains les succès l'emportent largement. 

Dans le mode de production domestique, les déplacements se font essentiellement grâce aux chevaux et aux bovins. La rapidité augmente. De la naissent les grandes invasions. La population augmente de manière importante: les petits états fusionnent en états moyens puis en grands états. Chaque état possède au moins une langue et tous les humains qui ne font pas partis d'un état sont des étrangers et des ennemis par rapport à lui qu'il faut contenir ou faire disparaitre.

Actuellement, avec le mode de production industriel, on estime qu'en 2050 il y a 10 milliards d'humains. Une voiture roule à 100km à l'heure environ: elle peut faire le tour de la Terre en 400 heures soit 16 jours. Il y a des moyens plus rapides comme l'avion mais qui ne peuvent emporter qu'un petit nombre d'humains et des moyens moins rapides comme la marche à pied ou le bateau qu'utilisent les humains pauvres. 

Si la population ne cesse d'augmenter il n'y aura plus ni étrangers ni ennemis traditionnels. Mais la concurrence pour les ressources de vie et de reproduction sera aussi intense que dans les modes de production précédents.

 Copyright - GS