dimanche 30 novembre 2014

Chaque jour

Chaque jour, le site Daily Overview publie une photographie par satellite d'une zone du monde où "l'activité humaine a façonné le paysage".

mercredi 26 novembre 2014

La suite

Culture éthologique 2015

dimanche 23 novembre 2014

végétarien

MATTHIEURICARDcouvbandeau RVB



Matthieu Ricard - Plaidoyer pour les animaux

FC

Éthologie

Tous les animaux sont hétérotrophes c'est à dire qu'ils se nourrissent d'autres vivants - végétaux ou animaux. 

La solution à l'excès d'hétérotrophie ce n'est pas le végétarisme mais l'extinction certaine des vivants  qui s'y livrent par épuisement - dans tous les sens de ce terme - de ces ressources. 

L'épuisement est le résultat d'un cycle simple: plus il y a de ressources de vie en un lieu géographique, plus les vivants qui en bénéficient deviennent nombreux. Quand ces ressources diminuent, les vivants diminuent leur consommation et certains d'entre eux quittent les lieux où s'installe la pénurie. 

Les historiens se demandent pourquoi par exemple les Incas ont déserté le Machu Pichu résidence royale il y a 600 ans ou, autre exemple, pourquoi les Khmers ont abandonné Angkor Vat construit il y a 900 ans. Il n'y a ni mystère ni changement de climat ou guerres d'extermination soudaines. Le groupe à l'origine de l'un ou de l'autre de ces ensembles a tout simplement cessé de bénéficier de la somme des ressources de vie qui lui a permit de les construire. 

Il ne s'agit pas de malthusianisme, une théorie qui prône implicitement l'élimination des pauvres. Si cette idée est étrangère à la situation actuelle c'est parce que depuis 200 ans, la démographie des humains a fortement évolué grâce au mode de production industriel où la domestication du non-vivant n'a pas encore dit son dernier mot. 

Si les humains gagnent tous les quinze ans un milliard de nouveaux vivants c'est parce que ce mode de production d'une très grande efficacité trouve en permanence une alternative à la disparition des certaines ressources de vie. 

Les malthusiens ont raison en ce qui concerne le mode de production humain ( les chasseurs cueilleurs) et le mode de production domestique ( la révolution néolithique) mais vivant au début de l'emballement démographique lié au mode de production industriel ils ont pris la Grande Famine d'Irlande comme l'archétype de l'avenir des humains. Ce n'est pas le cas: les Irlandais survivants ont quitté l'Irlande et pris la place des Amérindiens en Amérique du Nord. Aujourd'hui, ils font partie d'une groupe de 350 millions d'humains. A l’époque de  la grande famine, ils ne devaient pas dépasser les 2 ou 3 millions. 

L'enjeu actuel n'est pas le manque de ressources de vie - il y en a encore pour quelques milliards d'humains nouveaux - mais l'éreintement des autres vivants et du non vivant gratuit en d'autres mots la pollution sous toutes ses formes causée par la mise à disposition d'une si grande quantité de ressources de vie pour les humains.

Après la disparition d'un grand nombre de vivants non humains, c'est le tour des humains avec leur effectif de 9 milliards en 2050 à être concerné par un risque d'extinction massive. 

Copyright - GS

samedi 22 novembre 2014

mongol


L'Empire des steppes

René Grousset - L'Empire des steppes - Attila, Gengis-Khan, Tamerlan (1938)


Éthologie

Les pasteurs nomades de l'Est de l'Eurasie attaquent 
- la Chine et l'Inde depuis la date de leur émergence il y a environ 2000 ans jusqu'au XIII° siècle
- l'Europe Occidentale au V° siècle 
- et l'Europe slave ainsi que la Russie Kiévienne dès le XI° siècle jusqu'au XV° siècle.

Ils sont puissants à l'époque du mode de production domestique et au début du mode de production industriel. Les vastes prairies de l'Est de L'Eurasie leur fournissent des bovins, des ovins et des chevaux en très grand nombre. Ils ne cessent d'augmenter leurs territoires pour augmenter leurs ressources de vie. Le fer facile d'accès leur apporte des armes en métal et notamment des épées. Leur population ne cesse de croitre. Il y a beaucoup de disparus et beaucoup de nouveaux nés. 

Ils ont en face d'eux en Europe Occidentale et en Eurasie des humains qui connaissent les mêmes modes de production. Mais ces humains domestiquent également les plantes. Et peu à peu, ils les dépassent en ressources industrielles.

La sédentarisation est mieux adaptée que le pastoralisme. Les nations nomades doivent détruire un maximum d'ennemis car ils ne peuvent les intégrer dans leur groupes et ils ne peuvent les emmener comme prisonniers pour lesquels ils faut des gardiens et des ressources de vie. Attila, Gengis Khan et Tamerlan sont célèbres en tant que "fléaux des dieux". 


Résultat: il ne reste plus que quelques petits états qui en émanent en Asie Centrale. Ils sont majoritairement sédentarisés. 

Seuls le mode de production humain est nomade mais il est à l'origine de quelques millions d'humains seulement alors que les modes de production domestique et industriel essentiellement sédentaires donnent naissance à des centaines de millions et à des milliards d'humains. 

------

Quelques notes sur le mode de production domestique et le mode de production industriel chez les Mongols des XII° et XIII° siècles.

(page 283) " Au campement, dit M. Grenard, le soldat porte un bonnet de fourrures à oreillettes, des bas de feutre et des bottes, une pelisse descendant au-dessous du genou. A la bataille, il coiffe un casque de cuir couvrant la nuque, endosse une cuirasse solide en lattes de cuir laqué noir. Les armes offensives consistent en deux arcs par hommes et deux carquois, un sabre courbe, une hachette et une massue de fer pendue à la selle, une pique munie d'un croc pour démonter les cavaliers, une corde en crins de cheval, à noeud coulant". 

Au Mongol il faut associer le cheval de Mongolie. 


1) Ressources de vie ayant leur origine dans le mode de production domestique:

- un bonnet de fourrures à oreillettes,

- des bas de feutre et des bottes,

- une pelisse

- un casque de cuir

- une cuirasse solide en lattes de cuir laqué noir

- deux arcs et deux carquois,

- une corde en crins de cheval

- le cheval de Mongolie. 



2) Ressources de vie ayant leur origine dans le mode de production industriel:

- un sabre courbe,

- une hachette

- une massue de fer

- une pique munie d'un croc 

Les Mongols dominent l'Eurasie Centrale et Orientale jusqu'au XV° siècle mais sont battus par les humains de l'Eurasie Occidentale car ces derniers possèdent plus de ressources de vie ayant leur origine dans le mode de production industriel tels que casques de fer, cuirasses de fer, arbalètes et bientôt des arquebuses et des bombardes. A partir du quinzième siècle, la Russie au centre et la Chine à l'Est l'emportent également sur eux. C'est l'artillerie dont sont dotés ces deux groupes à partir du XV° siècle qui marque la fin des empires mongoles.



Copyright - GS

vendredi 21 novembre 2014

supporter



Eric Wittersheim - Supporters du PSG

FC

Éthologie

Chez les animaux supérieurs, le jeu simule la quête des ressources de vie et la quête des ressources de reproduction. 

La simulation est totale et les ressources sont fantasmatiques.

Mais comme la concurrence mobilisée est la même que celle qui existe en réalité, les supporters peuvent "se prendre au jeu" et, au football, par exemple, il peut y avoir de vrais vainqueurs et de vrais vaincus.

Copyright - GS

jeudi 20 novembre 2014

sadique














  Annie Lebrun - Sade. Attaquer le soleil

FC

Éthologie

Tous les vivants - végétaux et animaux - sont en quête de ressources de reproduction. Seuls vivent ceux qui vivent c'est-à-dire ceux qui sont le fruit de la fusion d'une cellule sexuelle femelle et d'une cellule sexuelle mâle.

Chez certains animaux - oiseaux ou primates - il y a constitution d'un groupe monogamique ou polygamique temporaire ou éternel. 

Il y a souvent de la concurrence entre mâles pour la fertilisation d'une femelle et  entre femelles pour l'acquisition d'un fertilisateur. Cette concurrence a deux buts: l'exclusivité de la fécondation dans un premier temps puis l'exclusivité de la descendance par la suite, la femelle et le mâle souhaitant n'apporter des ressources de vie qu'à leur propre descendance.

Chez les humains, les couples sont monogamiques ou polygamiques éternels et ils ont vocation à devenir un groupe visant la quête des ressources de vie. Les parents sont éternellement les parents de leurs enfants et les enfants sont éternellement les enfants de leurs parents quelles que soient les péripéties de leur évolution depuis leur apparition jusqu'à leur disparition.

Les humains ont la capacité de se reproduire en permanence. Étant donné les contraintes liées aux ressources de vie et aux ressources de reproduction, en Europe par exemple, il y a un peu moins de deux enfants pas couple. 

Le décalage entre le nombre d'enfants très limité qui nait par rapport à la capacité excessivement importante de reproduction crée des marges de libertés positives - la liberté sexuelle - et négatives - les transgressions sexuelles. Les unes sont mises en valeur et les autres poursuivies en justice.

Le Marquis de Sade est admiré mais les agresseurs sexuels qualifiés communément de sadiques sont punis par les groupes humains.

Copyright - GS

mercredi 19 novembre 2014

celte


Sur les sentiers ignorés du monde celte - Robb,  Graham -  - 9782081302532

Graham Robb - Sur les sentiers ignorés du monde celte

FC

Éthologie


Il y a 2300 ans, les Celtes occupent une grande parie de l'Europe Occidentale et Centrale. Ils sont organisés en groupes dans les modes de production domestique et  industriel. Ils laissent peu de traces d'envergure et aucun écrit.

Il y a 2000 ans, les Romains prennent leur place. Encore aujourd'hui, on peut visiter les ensembles architecturaux qu'ils ont laissés. C'est eux qui sont à l'origine de l'écriture européenne. 

Les groupes humains sont en concurrence permanente les uns avec les autres. Il ne faut pas attendre des Romains qu'ils fassent l'éloge des Celtes. 

Les Romains d'Occident ont perdu leur importance le 4 septembre 476

Les groupes qui occupent actuellement leurs territoires font l'éloge des Celtes et des Romains.

Copyright - GS

mardi 18 novembre 2014

inceste

http://www.editions-belin.com/e_img/boutique/full/70118381.jpg


Léonore Le Caisne - Un inceste ordinaire

FC

Éthologie 

Les humains sont des vivants multicellulaires hétérotrophes.

Ayant un cerveau, contrairement aux végétaux, ils se déplacent quand ils sont en quête de leurs ressources de reproduction. 

Statistiquement, ils sont monogames ou polygames éternels. 

Ils trouvent leur partenaire dans leur environnement. 

Statistiquement, les deux partenaires ont le même âge et viennent de groupes monogamiques ou polygamiques différents. 

Chez les vivants, ce sont les mieux adaptés qui l'emportent.

L'opprobre et les punitions sociales qui poursuivent les pères qui violent leur filles et donnent naissance à des enfants en est le signe. Mais la marge de liberté qui est utile à l'évolution autorise des comportements non adaptés.

Copyright - GS

lundi 17 novembre 2014

corruption



Éthologie 

Tous les vivants sont en quête de ressources de vie et chacun maximise sa quête. Cela est vrai pour les humains.

Les quêtes sont cruelles et elles donnent lieu à des guerres.
Elles peuvent ne pas être cruelles.
Dans tous les cas, c'est le mieux adapté qui l'emporte. 

Il l'emporte soit en respectant les règles du groupe: il y a des humains immensément riches qui ne sont pas corrompus.
Ils peuvent ne pas respecter les règles: il y a des humains immensément riches qui sont corrompus.

Ceux qui sont corrompus peuvent être exclus mais un bon nombre ne le sont pas. 

Des humains qui ont maximisé leur quête peuvent terminer dans la pauvreté.
La majorité des humains sont pauvres. 
La pauvreté n'empêche pas les humains de passer de 1 milliard d'humains en 1800 à 9 milliards en 2050.
Un pauvre est un vivant adapté. 
Seuls les vivants non adaptés disparaissent.

Copyright - GS

vendredi 14 novembre 2014

masque



Georges Buraud - Les Masques

FC

Éthologie

Il n'y a de masques que chez les humains soit 108 milliards depuis leur spéciation. 

Il y en a dans les 200 groupes que l'on appelle états. 

Et dans ces groupes, il y en a chez les dirigeants, les organisateurs et les opérateurs.

Quand un humain porte un masque, il est un autre humain et d'un autre groupe ou non. Pendant un certain temps. 

Il y a des masques permanents, ce sont les costumes de fonctions. 

Il y a  aussi des masques peints ou collés au corps de manière temporaire ou permanente.

A chaque fois, il s'agit de jouer un rôle précis. Seuls les humains possédant des milliards de neurones ont cette compétence.

Copyright - GS

mercredi 5 novembre 2014

Cinquième rapport du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC)




ENVIRONNEMENT
Cinquième rapport du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat
Source : GIEC (Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat).

En non-français!

mardi 4 novembre 2014

LM - 421 millions

C'est le nombre d'oiseaux disparus en l'espace de trente ans en Europe, révèle une étude publiée lundi par le journal scientifique Ecology Letters.

Cette disparition alarmante de la faune ornithologique est liée aux méthodes modernes d'agriculture et à la disparition de l'habitat.

lundi 3 novembre 2014

libellule



Alain Cugno - La libellule et le philosophe

FC 

Éthologie

La libellule:


Règne                         Animalia
Embranchement          Arthropoda
Sous-embr.                  Hexapoda
Classe                          Insecta                       
Sous-classe                  Pterygota
Infra-classe                  Palaeoptera
                                   Odonata
                                   Ephemeroptera
                                   Neoptera

Le philosophe:



Règne                     Animalia

Infra-règne              Bilateria

Division                   Deuterostomia

Embranchement     Chordata

Classe                    Mammalia

Ordre                      Primates

Famille                    Hominidae

Genre                      Homo
                               Homo sapiens


L'ancêtre commun:
La libellule et la philosophe sont des animaux. Ils ont un ancêtre commun qui remonte à l'époque où les plantes et les animaux se séparent soit 1 à 2 milliards d'années. Par opposition aux plantes, ils ont en commun un cerveau parce qu'ils ne tirent pas leurs ressources de vie directement de l'énergie solaire et l'eau riche en éléments chimiques dans laquelle ils apparaissent. 

Deux cerveaux bien différents:
Le cerveau d'un insecte ne dépasse pas un million de neurones et l'humain peut en posséder entre 70 et 100 milliards. 

Conclusion
La libellule et l'humain sont deux résultats de l'évolution de l'univers. Quoi qu'ils fassent c'est l'évolution qui décide de leur futur. 

Des humains estiment qu'ils sont le but de l'évolution parce qu'ils ont un cerveau si complexe. Les libellules ont le même ancêtre que les humains et avec leur cerveau super léger, elles ont le même âge. 

Si elles vivent aujourd'hui, elles sont autant le but de l'évolution que les humains. 

Mais voilà ... l'évolution n'a de but ou plutôt elle n'a pas de but pouvant être compris par une espèce à elle seule: son but ce sont tous les vivants d’aujourd’hui.

Copyright - GS