jeudi 20 novembre 2014

sadique














  Annie Lebrun - Sade. Attaquer le soleil

FC

Éthologie

Tous les vivants - végétaux et animaux - sont en quête de ressources de reproduction. Seuls vivent ceux qui vivent c'est-à-dire ceux qui sont le fruit de la fusion d'une cellule sexuelle femelle et d'une cellule sexuelle mâle.

Chez certains animaux - oiseaux ou primates - il y a constitution d'un groupe monogamique ou polygamique temporaire ou éternel. 

Il y a souvent de la concurrence entre mâles pour la fertilisation d'une femelle et  entre femelles pour l'acquisition d'un fertilisateur. Cette concurrence a deux buts: l'exclusivité de la fécondation dans un premier temps puis l'exclusivité de la descendance par la suite, la femelle et le mâle souhaitant n'apporter des ressources de vie qu'à leur propre descendance.

Chez les humains, les couples sont monogamiques ou polygamiques éternels et ils ont vocation à devenir un groupe visant la quête des ressources de vie. Les parents sont éternellement les parents de leurs enfants et les enfants sont éternellement les enfants de leurs parents quelles que soient les péripéties de leur évolution depuis leur apparition jusqu'à leur disparition.

Les humains ont la capacité de se reproduire en permanence. Étant donné les contraintes liées aux ressources de vie et aux ressources de reproduction, en Europe par exemple, il y a un peu moins de deux enfants pas couple. 

Le décalage entre le nombre d'enfants très limité qui nait par rapport à la capacité excessivement importante de reproduction crée des marges de libertés positives - la liberté sexuelle - et négatives - les transgressions sexuelles. Les unes sont mises en valeur et les autres poursuivies en justice.

Le Marquis de Sade est admiré mais les agresseurs sexuels qualifiés communément de sadiques sont punis par les groupes humains.

Copyright - GS